mercredi 17 mai 2023

SUPERMIIIAAAOOUUUUU

SUPERMIIAAAOU !!!!

Il arrive parfois qu'une nouvelle illumine la journée d'un (vieux) lecteur de bédés. Oui, vous savez, ces machins qu'on trouvait en kiosques, qu'on payait en francs, et qui se présentaient sous la forme de fascicules proposant des récits et gags en noir et blanc et en couleurs... parfois accompagnés d'un petit gadget.
Je vous parle d'un temps que les moins de 40 ans... etc...
Eh bien, cette nouvelle, que m'avait confiée il y a un bon bout de temps Bilitis Poirier (la fifille de Jean-Claude) était le projet de l'édition en intégrale des aventures de "Supermatou" ET d'"Horace, cheval de l'ouest", deux créations de son papa pour Pif-Gadget au cours des années 70.

"ALLELUIA !" fut, de mémoire, le premier mot qui me vint alors à l'esprit.

Mais Bilitis s'était lancé un défi homérique. Avec opiniâtreté, elle dut retrouver la trace de tous les récits (y compris ceux qui n'avaient pas été publiés dans le Pif-Gadget "normal", mais dans des hors-série, etc.), et surtout rescanner en haute résolution et retravailler chaque planche, retrouver les couleurs initiales, corriger les (nombreux) défaut d'impression de l'époque (mauvais rendu ou décalage des couleurs), et redonner à l'œuvre paternelle le lustre et le dynamisme qu'elle méritait.
 


 

(Ci-contre : Bilitis Poirier avec un peu de doc, au cours d'un entretien destiné à la Ouf-Gazette, qui sera publié le mois prochain - Photo J-Luc M)

 

Parlons de Supermatou...

Il fit son apparition dans le n°321, sous la forme d'une annonce qui laissait présager l'arrivée d'un personnage vraiment fracassant, reprenant quelques codes de Superman... et ceux de sa parodie ! Mais s'il devait autant au personnage Maximax, créé avec Jacques Lob en 1964, qu'à celui de Superdupont (créé en 1972) ou même de Benoît Brisefer (créé en 1960), Supermatou et son acolyte le chien Robert avaient bien d'autres ambitions, et leur créateur allait offrir aux lecteurs de Pif-Gadget un véritable condensé de ses trouvailles loufoques, un remède contre les mercredis pluvieux et le véhicule débridé qui allait lui permettre d'ouvrir grand les vannes de son inspiration farfelue. (Oui : ce véhicule n'était autre que le fameux car à vannes, dont la légende hante encore les marges des feuillets d'humoristes en panne...)

Ci-dessus : la page d'annonce pour Supermatou dans le Pif-Gadget n°421, en avril 1975.

Saviez-vous, d'ailleurs, que la parution du héros fut précédée d'une véritable arnaque éditoriale auprès des lecteurs ? C'est hilarant, digne des gags de Poirier... et je vous raconte ça, avec Bilitis, le mois prochain ! ;-)

Les récits de Supermatou, dont le costume subit quelques transformations au cours de ses récits (vous ne vous en souvenez plus, mais tout au début son costume comprenait une queue et était assorti de griffes aux "pattes" !), avaient une particularité, parmi d'autres : ils étaient le prétexte à une mise en abîme du rôle d'un (super) héros dans un journal pour enfants et une remise en question du contenu d'une page de BD comique, rien que ça. ! Les cases des histoires étaient souvent truffées de références ou de gags qu'on ne repérait qu'à la deuxième lecture, et parfois ces références venaient carrément phagocyter l'action en cours !

Avec cette série, les enfants qui lisaient Pif avaient droit à leur première leçon de post-modernisme loufoque... déjà à l'œuvre dans Horace, cheval de l'ouest. Avant Poirier, seuls Goscinny et Gotlib étaient parvenus à ce niveau dans la BD humoristique française, tout en restant lisibles par des enfants.

Poirier ne se privait d'ailleurs pas d'évoquer directement (et de manière iconoclaste) le journal où il paraissait ou faire allusion à d'autres personnages ou références extérieures à lui. C'est un peu pour cela qu'il reste si contemporain et que sa lecture continue de nous enthousiasmer.

L'autre raison à ce plaisir ultime, c'est le trait de Poirier : il parvenait à être à la fois rond et amical, tout en restant percutant, hyper-dynamique, mais sans jamais rien devoir à l'école franco-belge. C'est peut-être son plus grand exploit : à aucun moment, malgré l'inspiration dite des "gros nez", ne peut-on penser qu'il empruntait à Roba, Jidéhem ou autre Peyo, proposant au contraire sa propre syntaxe visuelle et son sens aigu (et personnel) de l'autodérision graphique.
Le plus grand ennemi de Poirier et Supermatou, à tout jamais, ne fut pas l'insupportable Agagax, mais bien l'esprit de sérieux.

Ci-dessus, dès la première bande (avant super "remasterisation" par Bilitis Poirier) parue dans Pif-Gadget n°322, du premier récit de Supermatou. Un univers loufoque se mettait en place et on aperçoit déjà une mention très décalée au journal qui abrite cette histoire... (Et ce petit écriteau se répètera dans plusieurs cases de la première page... et dans tous les sens.)

La réédition

Les éditions Revival proposent, avec Bilitis Poirier, une intégrale en 2 volumes.
Le premier volume parait aujourd'hui 17 mai, et c'est un pur régal.
Il s'agit d'un vrai travail éditorial de haute tenue, sur beau papier, qui va faire oublier les honteuses et approximatives éditions pirates, lesquelles se contentaient de compiler de mauvais scans, et elles étaient d'ailleurs incomplètes...

Bilitis a cherché à rendre justice au travail de son père, et pour cela s'est attelée à un travail de bénédictin (si j'utilise le féminin, on pourrait croire que j'évoque une liqueur...) qui lui a pris pas loin de 3 ans à temps complet (mais elle avait entamé son travail préalable il y a une douzaine d'années !). Non seulement elle a retrouvé les "vraies" couleurs de Supermatou et nettoyé chaque case, mais elle s'est donnée pour mission de ne jamais céder à la tentation du "faire joli" en ajoutant ici un dégradé, ou là un effet que seul l'informatique autorise.
On ne peut pas résumer la chose autrement : ce qu'on a entre les mains, avec ce volume de près de 300 pages, c'est tout simplement la quintessence du pur jus de Poirier ! (oui, j'assume) ;-)

J'ai un peu triché, en inversant l'image pour que
vous puissiez admirer ce magnifique supermatampon ! ;-)

Cerise sur la crème du gâteau :

Bilitis a réussi à convaincre (très facilement, car il était fan !) le célèbre Tampographe Sardon de créer de magnifique tampons à l'effigie des héros de Poirier ! Autant dire que les albums qu'elle aura l'occasion de dédicacer ne seront pas seulement signés, mais tamponnés pour en faire les joyeux de tout bédé-bibliophile qui se respecte ! Ah mais !

Infos de l'éditeur Revival : https://editionsrevival.fr/livres/supermatou/

-->  Ici, le site officiel de Supermatou...
...qui est en fait celui de Bilitis Poirier
!

_________________________

Le mois prochain, les abonnés de la Ouf-Gazette découvriront un grand dossier assorti d'un long entretien exclusif avec Bilitis Poirier au sujet de Supermatou, qui permettra de découvrir sa genèse (et au passage celle de son prédécesseur Maximax !), avec quelques archives personnelles, souvent très rares et inédites. Christian Flamand, qui fut l'assistant de Poirier, et reprit Supermatou pour le format "poche", m'a également confié ses souvenirs du travail avec Jean-Claude Poirier.  
Et selon notre tradition, il y aura une version vidéo de ces entretiens !


Le portrait ci-dessous, réalisé à l'issue du 2nd des deux entretiens (celui qui fut filmé), présente Bilitis posant fièrement avec ce premier volume, en compagnie des personnages de son papa... ce dernier trônant (au sens littéral) derrière elle ! (Merci à elle, qui m'a trouvé et confié les illustrations à intégrer dans le décor !)
Ce portrait fera d'ailleurs partie d'une petite expo à partir du 29 mai, et il sera entouré d'autres portraits d'auteurs de BD ayant travaillé pour Pif-Gadget... entre autres chose. 
(Du 29 mai eu 25 juin, au Baron Rouge, 1 rue Théophile Roussel, Paris 12e)

... et ZOUF !!!! ;-)

- Jean-Luc Muller



lundi 27 mars 2023

Pif, 75 ans et tous ses crocs...

75 ans !

Il va être difficile d'échapper à l'événement, tant l'équipe du magazine actuel a bataillé tous azimuts pour qu'il soit médiatique : numéro du journal + hors-série sur le sujet... et en forme de cerise sur la crème du gâteau, l'édition par la Poste d'un timbre commémoratif (rien que ça !) tiré à 700 000 exemplaires et dans la foulée, un album... autour de l'anniversaire des 75 ans.

Si on avait dit ça à ce cher vieil Arnal, il n'y aurait jamais cru.

 -> Retrouvez ici la page-hommage commémorant, en 2022, les 40 ans depuis la disparition de José Cabrero Arnal.

___________________

Annonce publiée le 26 mars 1948 dans L'Huma
Les anciens lecteurs du journal, devenus collectionneurs et exégètes, savent évidemment que le personnage de Pif, créé par José Cabrero Arnal quelques années après sa libération du camp de Mauthausen, fut sa manière de recréer en France ce qu'il faisait déjà en Espagne avant-guerre, tout en y voyant une manière de remercier ceux qui l'avaient accueilli de ce côté des Pyrénées.

Pif apparut tout d'abord sous forme d'annonce, le 26 mars 1948, puis deux jours plus tard dans le numéro de l'Humanité-Dimanche de Pâques :

Ci-dessus : le premier "strip" du nouveau personnage venu remplacer Félix le chat dans les pages de L'Humanité, à partir du 28 mars 1948.

Et quand on revoit la première bande mettant en scène ce petit chien, on est frappé par sa fougue et sa candeur, et aussi le fait qu'il soit en quête de nourriture, et chassé à coup de pompes dans le postérieur. C'est vraiment un chien de l'après-guerre... Par la suite, évidemment, il s'"embourgeoise" un petit peu (à peine, car il s'agit quand même de journaux issus du PCF !) en rejoignant une famille (ci-dessous, par C. Arnal) et en se retrouvant dans des récits et gags farfelus, dans lesquels on retrouvait malgré tout un fort esprit frondeur.

______________________
 
L'année des 75 ans a démarré en fanfare le 31 janvier dernier, avec le lancement officiel du fameux timbre Pif à la librairie philatélique Le Carré d'Encre, à Paris. Ça se déroulait sous la parrainage de Stéphane Bern (qui officiait à la fois en tant que membre de la commission philatélique pour le patrimoine, mais aussi en tant qu'ancien lecteur de Pif-Gadget...)

Au passage, il nous confiait avoir lu Pif-Gadget et le Journal de Mickey, le premier encouragé par sa mère très progressiste, et le second par son père plus traditionaliste... Comme il ne manque pas d'autodérision, il a ajouté : "Ensuite j'ai mal tourné, je me suis mis à lire Point de Vue... alors que maman m'emmenait plutôt à la Fête de l'Huma. On n'est pas à une contradiction près !"

Lancement du timbre Pif, avec le responsable Philaposte, les dirigeants de Pif-Mag, Stéphane Bern et Mircea Arapu, auteur de l'illustration.

PHILATÉ-PIF...
Le timbre créé par La Poste à l'occasion des 75 ans présente 2 particularités :
il a été dessiné par Mircea Arapu, ancien lecteur de Vaillant puis Pif-Gadget en Roumanie, avant de faire le saut vers la France et finir par travailler pour le journal ! (Il y avait repris Arthur le fantôme, puis avait dessiné de temps à autre Placid et Muzo, ou même Pif).
L'autre particularité, c'est qu'il s'agit du premier timbre français se présentant sous la forme d'un strip de bande dessinée, en 3 cases !

© L'Humanité / Pif et Hercule SAS / MIrcea Arapu

Pour retrouver les "actus" sur les 75 ans de Pif, l'édition du timbre, etc., il faut aller se brancher sur les divers réseaux (Instagram, Facebook, Twitter, etc...).
Mais cette fois, la Poste elle-même joue le jeu, avec notamment une petit reportage sur .. la création du timbre (cliquer sur l'image pour accéder à la vidéo) :

Le journal (repris en novembre 2020) fait évidemment la couverture autour de l’événement, allusion directe à celle du premier Pif-Gadget contenant des timbres !
D'ailleurs, la fameuse Jacqueline Caurat (speakerine qui animait une émission de philatélie à l'ORTF dans les annnées 60 et 70) s'était retrouvée dans les pages du journal... mais y avait déjà figuré des années auparavant, quand il s'appelait encore Vaillant !
_______________

Ci-dessous : 3 des couvertures "timbrées" de Pif-Gadget (il y en eut d'autres).
Il faut savoir que le premier numéro dont le gadget était philatélique (n°34) comportait une petite pochette de 4 timbres provenant des pays de l'Est, sponsorisée par le catalogue Thiaude. C'étaient généralement des timbres issus de stocks de Pologne, Roumanie ou Hongrie.
Le n°87 (au centre) annonçait la grande campagne de 4 semaines consécutives avec des timbres de Mongolie. La couverture a directement inspiré celle du nouveau Pif-Mag, dont les personnages ont été dessinés par Mircea Arapu.
Le n°115 (non présent ici) annonçait un "trésor", sous la forme d'une planche de 4 timbres (eux aussi en provenance de stocks périmés de la poste) de Bulgarie, autre pays du bloc soviétique. Enfin, le n°985 (de 1987) proposait une originalité : dans le cadre de l'aventure spatiale à laquelle prenait part la France, on trouvait dans le journal une pochette de timbres... soviétiques, qui illustraient l'aventure spatiale russe !

En février 1989, le journal avait établi un partenariat avec les éditions Atlas, qui lançaient une grande collection "Timbres du monde" et avaient offert (en échange de pages de publicité, évidemment) une pochette de timbres dans chaque numéro de Pif-Gadget (n°1039), ce qui en faisait en quelque sorte un second gadget... :
 

Mais la philatélie était déjà présente bien auparavant, dans Vaillant... qui comportait une vraie rubrique philatéliste de qualité, pendant plusieurs années !
De grands noms de collectionneurs ou spécialistes y partageaient leur trouvailles ou un petit bout d'histoire du timbre, agrémenté de conseils pour les collectionner, les classer, les protéger, etc...
Ci-contre : le beau numéro de septembre 1961, qui affichait en couverture une superbe collection à thème animalier ...
Étonnant !

_________________________

 

Pour notre part, les 75 ans de Pif sont une occasion de revisiter 75 ans d'histoire du journal et de son héros vu par plusieurs de ses dessinateurs.
Ce nouveau montage (plus dense et animé, pour une génération d'internautes qui s'ennuient dès que les interviews font plus de 2 phrases...) est l'occasion aussi de présenter des images restées inédites (on y croise Louis Cance, Kamb, Claude Bardavid, Cavazzano, Yannick et Corteggiani, que tout ce ramdam aurait bien amusé - ou énervé, bien sûr, le connaissant !...)
Un anniversaire de ce genre méritait bien un film sur mesure...

Cliquez sur l'image ci-dessous :



mercredi 4 janvier 2023

2023, et un cadeau XXIe siècle

 

2023.... déjà.

Cette année sera spéciale, pour le monde des lecteurs (et surtout anciens lecteurs) de Pif-Gadget et de Vaillant, car plusieurs événements s'y succèderont :

  • la célébration des 75 ans de la naissance de Pif le chien (Noël dernier on fêtait les 70 ans de son arrivée en fanfare dans le journal Vaillant, d'ailleurs !). Il se passera des choses ici, juste avant Pâques... ;-)

  • l'événement de la rentrée (si tout va bien...) : une version papier (oui !) de la Ouf-Gazette, qui avait été créée au printemps 2020 sous forme numérique, et dont ce premier numéro (il y en aura 2...) regroupera dans un premier volume (format "mook", à mi-chemin entre un livre et un gros... Pif à dos carré) une série de dossiers et entretiens/portraits inédits consacrés à des auteurs marquant du journal, et il sera complété par 2 gros bonus-gadget ! Et le tout accompagnera (ou sera accompagné, je ne sais plus) de films inédits et exclusifs (seuls les abonnés-souscripteurs en ont vu déjà une grande partie) mettant en scène des thèmes du journal et surtout donnant la parole à ses auteurs et rédacteurs (plusieurs nous ayant quittés depuis les tournages). Ce sera un bouquet d'archives autour de Pif, pour tous les anciens lecteurs.
    Bien évidemment, vous en découvrirez le contenu et le projet au fur et à mesure de sa progression. Publication prévue fin 2023...

  • Enfin, et ce n'est pas le moindre événement - et de loin ! - la publication par notre ami Sébastien Gérard d'un ouvrage consacré au Pif-Gadget des années 80, et jusqu'à la première mort du titre. Non seulement ce sera le premier livre (depuis celui de Richard Medioni en 2003) qui apportera vraiment des infos jamais publiées sur le journal et ne sera pas une compilation de propos et d'infos existant ailleurs, mais de plus, son point de vue axé en grande partie sur le marketing du journal et son évolution dans un univers médiatique sera alimenté par de nombreuses archives jamais vues auparavant !
    Son titre n'est pas définitif (il me semble) mais d'après mes infos, il fera l'objet d'un crowdfunding en avril et sera officiellement publié à la rentrée.

En attendant, et pour débuter l'année en ... revenant presque 20 ans en arrière, voici un cadeau de la maison : le film retraçant la reprise de Pif-Gadget dans les années 2000.
On me reproche parfois de n'évoquer que le passé de ceux qui ont connu la "période rouge", ou Vaillant... (Il est vrai que la plupart des auteurs interviewés ont travaillé pour le journal entre 1960 et 1980.) Ici, cette fois, on s'adresse aussi aux millennials ! :-)
Le film raconte le contexte de cette reprise, les auteurs qui y ont participé, le tout assorti d'archives exclusives et notamment le témoignage de celui qui nous a brusquement quitté en septembre dernier : François Corteggiani.

Pour visionner le film,
cliquer sur l'image :